À propos

Dominique C. Habib est une artiste visuelle québécoise vivant actuellement à Montréal. Diplômée en Arts visuels et médiatiques ainsi qu’en Design industriel, elle a une fascination pour le monde qui l’entoure et pour matérialiser des concepts abstraits en images ou en objets. Elle s’intéresse fortement aux sujets de la nature, de l’enfance et de la psychologie.

Démarche

À l’image des relations humaines, ma pratique artistique est de nature organique. Mon travail est une quête de l’expression des sentiments, des souvenirs et des états d’âme qui nous façonnent à travers les expériences vécues depuis la tendre enfance. Mes œuvres abordent allégoriquement divers concepts intangibles tels le pardon, la paix, la honte, la pitié, la gratitude et le rejet.

Vivante, ma démarche s’est métamorphosée. Si antérieurement je brouillais les traces de mon implication dans l’œuvre en diluant les médiums et en les laissant suivre les supports texturés, je laisse maintenant à la vue ma touche, témoin de mes interventions. J’utilise l’abstraction pour sa force d’exprimer l’indéfinissable, l’insaisissable et en la combinant avec le figuratif, l’observateur peut davantage se situer et s’approprier la scène. Par l’alliance de ces styles, je tente de mettre en valeur la mince ligne entre le visible et l’invisible ainsi que la complémentarité des forces contraires qui construisent notre humanité. À travers la contemplation, le contenu de mes œuvres se livre de lui-même; il ouvre la porte à l’exploration intérieure.

Chacune de mes œuvres naît d’une image, souvent issue de rêves éveillés, et est perçue de manière très précise qu’il m’est impossible de l’oublier. Ces inspirations trouvent parfois origine dans les bribes du quotidien, des rencontres, des angoisses pour le futur et évidemment, des souvenirs d’enfance. La mise en œuvre permet ce détachement révélateur et la capacité de prendre du recul face à notre propre histoire émotionnelle.

crédit photo: Abigaïl Nolet

Mon travail est exposé par la galerie en ligne Gallea.

error: